I. L'AMOUR

 

 

1. Amour psychédélique

Je regarde les effluves de ton plaisir

Dans un délire parfumé d'excitation,

Vision olfactive telle une incitation,

Une citation de l'ire intime des lyres.

Je touche du doigt la charnelle mélodie,

Le bruit de ton désir, ébauche de débauche,

De droite à gauche les sons palpés se chevauchent,

Émis et gémis dans une lente élégie.

Je goûte les couleurs diaprées de tes penchants

En étalon au talent étalé en long,

La faim au ventre et l'estomac dans les talons,

Je déguste ton rubicond bonheur latent.

J'écoute les saveurs de ton corps de femme,

Symphonie sucrée salée, sacrée en secret,

Et à trop entendre l'ineffable fumet,

Je te prie et sollicite un supplément, Dame.

Je hume en possédé ta douceur veloutée,

La fermeté de ta peau cédée à mon flaire,

Le satiné des bas racés que tu libères,

Et le chaud de tes jambes ainsi débarrassées.

Les cinq sens en fusion dans un fou artistique,

A nous deux, vice-champions et champions du vice,

Deux avocats de la défonce entrés en lice,

Cinq pour te faire l'amour psychédélique...

29/05/01

 

2. Ravis au lit

Ravis au lit, tu es à quatre pattes

A pratiquer l'art cochon en experte,

Jolie acrobate, tu cours à ta perte

En ma compagnie si peu délicate.

Parfois je bande à part, solitaire

Mais avec toi, nue sous la couverture

Je suis dans la chaleureuse ouverture,

Tel bébé dans le ventre de sa mère.

J'arpente, en fin connaisseur, tes charpentes,

Charmant oiseau de bonheur, au corps beau;

Sur mon nid d'amour, où glisse ta peau,

Tes lèvres forment une moue impatiente.

Afin d'élever nos ébats au top,

Laisse tout débat et consensuel,

Aux cons qui prétendument sensuels,

Feraient en nous voyant une syncope.

Trop au lit à en perdre la raison,

Nous polissons nos fantasmes fiévreux,

Par d'impolis sons et jeux licencieux,

Des actes stupéfiants et polissons.

O que c'est bon d'être en toi, détends-toi,

Et laisse-moi aller au fonds des choses,

Laisse-moi râler que tu es virtuose,

Dans l'art de m'aimer à l'œil et au doigt.

King size t'honore, tu griffes et mords;

Dans l'effort ultime je fais minet,

Mon corps efféminé n'a pas d'effet miné,

C'est l'explosion et la petite-mort.

Ah si le Saint-Siège pouvait nous voir,

Il en tomberait, choqué par le vice;

D'ailleurs je tabouret qu'entre tes cuisses,

Je suis au Paradis blasphématoire

01/02/01

 

3. La paix dans ma détresse

Comment supportes-tu

Mes humeurs si changeantes

Mon mal-être aigu

Qui trop souvent me hante

L'image que je donne

Est parfois déplorable

Mais toujours tu pardonnes

D'un sourire adorable

Tu sais toutes mes douleurs

Peurs qui minent mon âme

Laminant sans douceur

L'intérieur de mon crâne

Tu m'acceptes tel quel

Et malgré mes faiblesses

Tu es toujours ma belle

La paix dans ma détresse

Je suis reconnaissant

De l'écoute attentive

Dans mes pires moments

Tu es compréhensive

Ton amour pur me porte

Dans des contrées étranges

Où se mêlent en cohortes

Les passions dans l'échange

Bien-sûr tout n'est pas rose

Nous connaissons des bas

Mais notre force explose

Dans ces périodes là

Notre lien délicieux

Se prive d'anathème

Et je fais de mon mieux

Pour te dire je t'aime.

23/02/00

 

4. Mon amante la déprime

Déprime épouse de mon âme

Pour le pire toujours pour le pire

Vous êtes le mal qui se pâme

M'envahissant sans prévenir

Déprime joueuse et amoureuse

Vous et moi ne formons plus qu'un

Je sais vous rendre si heureuse

Vous ma vie mon sang mon destin

Déprime jalouse et possessive

Vous ne souffrez point de rivale

Ainsi de manière très vive

Vous déchirez mon idéal

Déprime amante que je hais

Vous m'aimez avec tant de force

Je suis convaincu que jamais

Vous n'accepterez le divorce

04/02/99

 

5. Septième ciel

Elle dit que je suis son Ange

Quand dans le lit on se mélange

Ange déchu mais point déçu

Je lui glisse un je t'aime ému

L'acte d'Amour accompli

Elle ferme les yeux et sourit

Le dos cambré tête levée

Pleine de sérénité

Elle se penche alors sur moi

Murmurant des choses tout bas

Embrassant mon cou tendrement

De mille baisers flambants

L'instant se prolonge harmonieux

Echange de mots délicieux

Ma beauté se lève et s'étire

Dans un long soupir de plaisir

Dans le silence je la couche

Parcours ses formes de ma bouche

Sa peau tendue est frémissante

Sous mes caresses incessantes

De douces sensations tactiles

Envahissent nos corps habiles

Notre désir de plaire mutuel

Nous propulse au septième ciel

21/07/99

 

6. Luxure

Une valse étrange gracieuse et barbare

Tu danses hypnotique dans tes yeux le noir

En découvrant tes courbes tu m'enchantes

Je suis troublé par tes gestuelles lentes

Tu t'approches me frôles lascivement

Et t'esquives en un léger mouvement

Je hume ton parfum est une brûlure

Je ferme les yeux envie de luxure

Je les ouvre à nouveau tu me regardes

Alors dans la folie je me hasarde

Dans l'alcôve le silence reprend ses droits

Féline tu t'allonges sur les draps

Cette nuit fut une nuit de légende

Si longue et si courte j'en redemande

Le Diable était présent dans le feu du désir

Et toi mon Ange tu étais là pour l'assouvir

07/01/99

 

7. Morphée appelle les amoureux

Sombre beauté merveilleuse

En ton antre je rentre pénètre

Ta magie est silencieuse

Mais je la sens de tout mon être

La chaleur du feu m'envoûte

M'ensorcelle à chaque flamme

Mais moins que tes yeux sans doute

Aux reflets noirs de ton âme

Dehors les gargouilles sourient

La brume opaque se soulève

Douce respiration de l'oubli

La nuit ne sera pas brève

Et nos corps font connaissance

Dans une langue ancestrale

Vices maléfiques et souffrance

La fièvre sur un piédestal

Le temps s'arrête éternel

Tu me dévores je succombe

Aux griffes et aux crocs cruels

Un loup hurle et poursuit sa ronde

Dés lors les désirs s'assouvissent

Sur la fourrure d'une bête féroce

Tu cries et m'offres tes délices

Charnels mystiques et véloces

Mais bientôt le feu s'éteint

Le jour se lève majestueux

De nos ébats c'est la fin

Morphée appelle les amoureux

10/11/98

 

8. Christelle

Quelqu'un de génial une fille

Qui souvent m'émoustille

Par ses sourires et ses regards

Comme des étoiles dans le noir

Des rires comme autant de soleils

En elle tout est merveille

A son charme sensuel

La vie paraît plus belle

Avec elle je suis dans un rêve

Quand je rêve je suis avec elle

C'est la brume qui se lève

La chaleur après le gel

Surtout ce que je préfère

C'est son petit grain de folie

C'est un peu de lumière

Dans ma sombre nuit

Plus que quiconque elle mérite

A la bonne heure le bonheur

Que jamais il ne la quitte

Sera mon souhait majeur

09/12/97

 

9. Amitié

Elle a cassé mon amitié

En me demandant de l'aimer

Elle a brisé mon affection

Malgré ses yeux plein d'émotions

Quelque chose en moi se brisa

Lorsque je compris qu'elle m'aimait

J'ai cru que ça n'arriverait pas

Mais le mal était déjà fait

Le pire est que je lui en veux

Ma conscience brûlée par ce feu

Son Amour me rend mal à l'aise

Et dans mon ventre brûle une braise

J'ai su refuser sa tendresse

Je sais qu'aujourd'hui elle a mal

Elle a dans son coeur la détresse

Elle est comme une fleur sans pétale

Quand je la vois mon coeur se serre

Elle ne pourra jamais me plaire

Sa joie me manquera peut-être

Tu sais la vie est imparfaite

Je ne peux répondre à sa flamme

Elle était ma meilleure amie

Je fuis à l'appel de son âme

Malgré une tristesse infinie

Mon équilibre mental se fêle

Je pleure de tout mon être frêle

Je perds une amie dans l'histoire

Je n'oublierais pas son regard

28/04/97

 

10. Pardonnons

Spectre acteur d'une existence fantomatique

Poule mouillée aux yeux d'ors-et-déjà en larmes

Le cri mâle étranglé dans l'oeuf noie le vacarme

De mes ténébreuses pensées amphigouriques

Tes clopes auraient eu le goût de notre rupture

Nicotine bonheur au dédain du bon air

L'amour et la sollicitude débonnaire

Cicatriseront-ils ton maelström obscur?

Timorés sujets de nos sentiments de feu

Nous avons aveugles élevé nos voeux au fiel

Apres mésententes au fil d'un temps sensoriel

Acrimonie délétère quel triste aveu

L'atrabilaire que je suis le doit au stupre

A ta silhouette modelée dans le désir

A la bien folle appétence qu'elle m'inspire

Comme d'autres le sont par le jeu ou le lucre

Je suis à ton regard devenu le satrape

Le dur tyran hiératique de tes conduites

La source d'une lourde pression introduite

Dans ton bien-être cacochyme que je sape

Mon oukase en forme tragique de chantage

Irréméssible expression de ma turpitude

Fut l'origine introductive le prélude

D'esclandres désespérées de tes dérapages

Concupiscence est le doux nom de mon démon

Piteuse avanie que je récuse et fustige

Puisque sa mine libidineuse t'afflige

Et cause la déliquescence de ma raison

Pardonnons l'ire et nos véniels défauts d'ego

Que l'inanité de nos scènes mortifiantes

Par un autodafé deviennent évanescentes

Notre amour ne peut être apocryphe et falot

10/12/00

 

11. Date limite

Périmé au bout de deux mois

Je dépasse la date limite

Denrée périssable je crois

Que c'est pour ça qu'elles me quittent

Certains se conservent mieux

Alors que d'autres pas encore

N'est pas Don Juan qui veut

Il faut le don et des efforts

Catégorie autres déchets

La consommation de masse

Fait de moi ce qu'il te plaît

Tu veux tu m'as tu t'lasses

Pourtant je suis sans colorant

Et sans conservateur

Naturel à 100%

Et très bon pour le coeur

Même livré à domicile

Elles me jettent sans autres procès

Consommatrices difficiles

Je suis trop mûr ou pas assez

12/08/97

 

12. Bacchanales

Délires de victuailles

Nourritures célestes

Orgies dans la ripaille

Appétits gargantuesques

Faim de bouffe érotique

Bouffer de l'âme en table

Des festins oniriques

Pour des fins lamentables

Festifs protagonistes

Désirs de décadence

Spectacles hédonistes

De luxe et d'élégance

La musique est baroque

Hommes et femmes s'échangent

Les corps nus s'entrechoquent

De vivre dans la fange

Délices aphrodisiaques

Vins et alcools abondent

Dyonisos à l'attaque

Les plaisirs nous inondent

Fruits liquides d'amour

Pour les bouches gourmandes

Que du sexe en retour

Partagé en offrande

Rires et chants s'entremêlent

Bacchanales brûlantes

Les flammes des chandelles

Sont douces et languissantes

L'esprit est animal

La vertu se débauche

L'artiste dans le mal

C'est la mort qui vous fauche

29/03/0

 

13. Drogue dure

Infernal chacun de nous est drogué,

Prisonnier mental d'un désir vital:

Combler un degré du vide abyssal

Qui s'installe sans la moindre pitié.

La pire drogue a le doux nom d'amour,

Elle assure sans commune mesure,

Sans détour elle bouffe à toute allure

La raison pure de ceux qui sont pour.

Au plus jeune âge naît la dépendance,

La carence s'étire en noir nuage,

Monstre hideux au visage de naufrage

Sur un rivage de désespérance.

Nul besoin d'y goûter pour être accroc,

Ardemment voulu, l'amour à l'insu

Dans le cerveau s'insinue comme un flux,

Un reflux jaillissant à fleur de peau.

L'amour ne tue jamais par overdose

Mais le manque étincelant nous déchire,

Cause la douleur impossible à fuir,

Et il n'est d'élixir qu'à l'eau de prose.

Cupidon du ciel décoche ses flèches,

Seringues fraîches, fixs aux effets flashs,

L'émotion palpite le coeur se lâche,

Lèche et s'attache au poison sur la brèche.

Quand dans ses bras belle Vénus nous berce,

Que la substance amour hante les sens,

Déverse de l'ivresse en délivrance,

La jouissance des frissons nous transperce.

La passion nous drague dur, quelle crack!

Le bon sens bivouaque quand l'amour pique,

Jamais l'être ne se désintoxique

Et l'esprit pratique en devient patraque...

26/10/00

 

14. Tu t'en fous

Si seulement j'avais pu squatter ton coeur

Vivre dans tes pensées habiter tes rêves

Ressentir tous tes désirs tes douleurs

Devenir le sang dans tes veines ta sève

Alors j'aurais pu te comprendre peut-être

Pour te satisfaire quotidiennement

Mais tu n'as jamais rien laissé paraître

Des secrets voilés de tes sentiments

Tu m'as trahis plusieurs fois je l'ai su

Le chagrin est le poison de mes soirs

J'ai tellement eu mal tellement déçu

Que j'aurai préféré ne rien savoir

Personne ne m'a blessé autant que toi

De la peine veine à la torture mentale

Pourtant je n't'aime pas pour du beurre crois-moi

Mais non tu t'en fous cela t'est égal

14/01/98

 

15. Je retiendrai

Quand les je t'aime ne seront que des mots

A nos lèvres scellées de monotonie

Je retiendrai le parfum de ta peau

Comme une fleur appelée mélancolie

Quand nos regards ne refléteront plus

Que le mépris ou pire l'indifférence

Je retiendrai toutes ces joies inconnues

Délicieuses éphémères en ces nuits blanches

Quand nos caresses ne seront que passé

A nos corps meurtris du manque de douceur

Je retiendrai chacun de nos baisers

Comme la plus enivrante des fortes liqueurs

Quand nos âmes seront de nouveau distinctes

Loin de nous les mélopées lancinantes

Je retiendrai la mélodie succincte

Musique du bonheur céleste mais absente

Quand nos coeurs ne battront plus en mesure

Que tu auras compris qu'il faut me haïr

Je retiendrai l'essentiel les fioritures

Tout de nous et le plus beau de tes sourires

25/12/97

 

16. Mon Nounours

C'est quand même pas un mal

D'aimer une femelle

D'un amour animal Et éternel

Je l'aime comme un bébé aime sa mère

Amour sans faille Amour sincère

Je souhaiterai toujours plus lui plaire

Découvrir son âme et ses mystères

Pour moi elle est comme le nounours

Qui protégeait mes nuits d'enfant

Elle est ma drogue mon remède ma source

Le rythme la mélodie de mon temps

La liberté pour le prisonnier condamné à mort innocent

Le dernier souffle avant un baiser

La première fleur quand vient le printemps

Je l'aime comme un parfum enivrant

Pourtant je dois rester lucide je sais

Que le Bonheur ne dure qu'un temps

Avant les remords et les regrets

14/08/97

 

17. Un dimanche en hiver

Notre relation amoureuse éteinte

Juste quelques semaines de notre vie

N'était-ce que de l'amour sans étreinte

Tentative éphémère juste une envie

Je ne sais pas et surtout que m'importe

Aujourd'hui la musique nous unit

Les notes magiques nous réconfortent

Et l'amitié naît dans la mélodie

Ce que nous vivons est intemporel

Dans le sens positif de l'infini

Puisque nous sommes liés dans l'éternel

Et qu'un souvenir n'est jamais proscrit

Ces quelques lignes sont bien-sûr pour toi

Mais c'est le hasard que je remercie

Il a engendré l'union de nos voix

Par un dimanche en hiver morne et gris

21/12/98

 

18. La citée des Anges

Tu sais je me suis blessé aujourd'hui je pleurs et je perds mon sang

Je voulais rester avec toi toute ma vie j'ai gravé nos noms dans un arbre géant

Tu étais mon destin ma vitalité alors je souffre et je mourrai pour toi

J'ai ouvert mes veines avec un couteau aiguisé car je t'aime à la folie tu vois

Je pense à toi maintenant je suis triste tu n'es pas là

J'aurai aimé te revoir pourtant avant de partir pour l'au-delà

Je veux juste que tu me fasses une seule promesse pardonne-toi mais ne m'oublie jamais

J'espère aller au paradis en vitesse car mon existence fut trop laide tu sais

Toutes les larmes de mon coeur se noient dans mon sang le suicide était ma seule alternative

Je pense avoir fait ce que j'ai pu pourtant tu ne m'aimes plus alors je ne peux pas vivre

Ressentiras-tu la même chose je ne crois pas et je ne le désire pas

Ma vie fut une rébellion sans cause alors ma fin est évidente sans choix

Qu'on m'accueille dans la citée des Anges qu'on m'accueille au paradis

Qu'on m'accueille dans la citée des anges pour que je sois plus heureux qu'ici

Ô maman ne pleure pas parce que je meurs ô ma chérie ne fonds pas en larmes s'il te plaît

Je vous aime de tout mon coeur mais je ne mérite pas votre pitié

A présent je sens ma vie s'évaporer très vite mon coeur cesse de battre j'ai très mal

Chérie je t'aime mais je te quitte c'est pas ta faute mais la mienne s'il faut que je m'en aille

09/11/95

 

19. Victor 3

Promis pas de compromis avec ma promise

Telle était ma promesse telle était ma devise

12/05/94

 

20. Désespoir

Je n'ai plus envie de tenter de plaire

Pour qui pour quoi à quoi ça sert?

18/11/94

 

21. Femme virtuelle

J'ai une femme virtuelle

Au fin fond de ma tête

C'est moins bien qu'une réelle

Mais puisqu'elle m'accepte

Je la connais par coeur

Toutes les lignes de son corps

Ses besoins ses humeurs

Elle est mon seul trésor

Je crois qu'en plus elle m'aime bien

Elle m'écoute me comprend

Sans moi elle n'est plus rien

Qu'une poussière de néant

Un jour je la quitterai

Pour une autre moins mieux

Peut-être je l'oublierais

En étant plus heureux

20/12/97

 

22. Fais le premier pas

Est-ce que tu me vois?

Est-ce que tu m'entends?

Est-ce que tu me comprends?

Je ne le pense pas...

Je me demande souvent pourquoi je ne peux pas te dire je t'aime

Il existe comme un blocage en moi qui en refuse la diction même

L'idée paraît pourtant si simple mais si complexe en réalité

Que très souvent ça me rend dingue de désespoir rien que d'y penser

C'est comme un mur infranchissable une barrière entre toi et moi

Comme des litanies invariables un destin scellé et sans choix

Même si tout se passe dans nos yeux aucun mot ne sort de ma bouche

Je vois dans ton regard le feu et ça me brûle comme une souche

Mes sentiments pour toi sont riches mélange d'amour et de frustration

Comme le petit enfant qui se niche je ne peux avouer mes intentions

J'aimerai tant savoir ce que tu penses de moi de nous de tout parfois

Mais je ne saisirai pas ma chance alors je t'en prie fais le premier pas

11/09/95

 

23. Je suis le faible

Une balle dans la tête

Pour que tout s'arrête

Une balle dans la tête

Mon envie secrète

Je suis faible tu es forte

Je suis faible et fragile

Je suis faible tu es forte

Et ma conscience vacille

Je n'en peux plus du stress

Chaque jour j'ai des doutes

Je n'en peux plus du stress

C'est vrai je te redoute

Le cauchemar continue

Les pensées se bousculent

Le cauchemar continue

J'ai peur et je recule

Putain comment savoir

Et comment être sûr

Putain comment savoir

Si tes sentiments sont purs

27/07/97

 

24. Dors

Tes lèvres vermeilles m'émerveillent

Je les observe dans ton sommeille

Je sens le sang battre sans trêve

Sous ta peau au rythme de tes rêves

Délicate petite princesse

Ton aura m'accompagne sans cesse

Caresse sur mon esprit

Lorsque mes jours se teintent de gris

Je me souviens du temps jadis

Seul, un destin demeure une esquisse

Tu me fais don d'une renaissance

Je suis ton bébé en conséquence

Je te contemple et je t'enlace

Sans que tu ne t'animes je t'embrasse

Je songe à nous et à nos actes

Quel bonheur par ce simple contact

Dors Dors

03/12/98

 

25 J'ai épousé ta haine

Aujourd'hui on ne peut plus parler de futur

Car demain est incertain

Le présent n'est déjà pas si sûr

Alors demain on verra bien

J'ai épousé ta haine

J'ai suivi tes conseils

Ton royaume et ton règne

M'ont tiré du sommeil

27/04/97

 

26. Je t'haine

Je rêve de trouver une copine

Une qui dise je t'aime des fois

Une vraie comme dans les films

Mais je suis tombé sur toi

J'en voudrais une qui sourit

Tout le temps naturellement

Avec de l'humour et de la vie

Pas comme toi évidemment

Je la rêve pleine de passion

Sensible aux yeux expressifs

Je la rêve pleine d'émotion

Pas comme ton air dubitatif

Je t'haine un peu beaucoup

A la folie passionnément

Je t'haine un peu beaucoup

Surtout maintenant

Je la veux caline et complice

Débordante de tendresse

Sans aucun vice ni caprice

Le contraire de toi qui me blesse

Je voudrais former avec elle

Une seule âme en deux corps

On s'aimerait sans querelle

Mais tu n'as pas fait d'effort

Et pour elle j'existerais

Vie de couple intelligente

Et jamais elle ne serait

Comme toi indifférente

Je t'haine un peu beaucoup

A la folie passionnément

Je t'haine un peu beaucoup

Et surtout pour longtemps

27/08/97

 

27. Tu me manques

A croire que je t'aime comme jamais je n'ai aimé

Tu effaces les méandres de ma quotidienneté

A boire à tes douces lèvres je me sens enivré

J'aime ta lumière tes sentiments et ta pureté

Plus je te vois et plus je t'aime mais je te vois peu

Alors imagine mon Amour comme un ciel bleu

De grands oiseaux y volent bien plus haut que les cieux

Portant aux nues ton charme au goût de merveilleux

Quand je pense à toi le bien être qui m'envahit

Est si intense que je peux croire au Paradis

Tu es mon Ange et tu m'offres le plus doux sursis

En cicatrisant ma profonde neurasthénie

Par miracle tu me sauves de l'opprobre psychique

Grâce à ton humour ton esprit ton esthétique

Je couche ces mots sur le papier comme une supplique

Comme autant de je t'aime de promesses mirifiques

Closes sont mes paupières le sang afflue dans mes tempes

Tu apparais superbe bien mieux qu'une simple estampe

Pour le bonheur tu es la meilleure enseignante

Tu m'apprends le sourire même si j'en ai des crampes

08/04/98

 

28. Hémorragie du coeur

Si tu pouvais entrevoir l'amour que je te porte

Je crois que tu en aurais peur

Tu dirais comment peut-il m'aimer de la sorte

Je ne suis qu'une fille pas le bonheur

Malheureusement toute mon âme pense que si

Tu es la femme que je désire

Pour toi mon coeur se fait hémorragie

Et cette passion me fait souffrir

Quand je me fais plaquer par une fille

Ou quand je me prends un râteau

C'est pas tant la douleur et la colère qui me vrillent

Que la blessure de mon ego

C'est le fait en lui-même qui me fait très mal

Car la personne importe peu

Mes illusions et mes rêves s'envolent comme des pétales

La brisure est nette c'est du feu

Il existe tant de choses que je n'ose pas te dire

Tant de prières non exaucées

Depuis ce jour de l'an conclu dans un soupir

Je n'ai pas cessé de t'aimer

11/10/95

 

29. De trop d'amour il l'aimait

Le monde est vraiment mal fait pour ceux qui veulent aimer

14/05/95

 

PACK.V