Voyage dans la nuit

 

 

 

 

Senfoncer dans la nuit, étrange sensation,

La lueur des phares cherche du jour le paysage

De leur maigre portée en est réduite la vision,

Mais l’on doit se suffire de ce faible éclairage.

 

 

Parfois la lune apporte une complicité,

Sortant de sa cachette dans les nuages,

Donnant aux ombres inertes une portée,

Elle rappelle de la journée les images.

 

 

A cet instant elle offre un sourire charmeur,

Un rien moqueur, comme celui d’une gamine,

Faisant oublier l’envahissant bruit du moteur,

Belle illusion de présence dans cette cabine.

 

 

Dans ce décor nocturne qui à rêver nous incite

Pousse à l’imaginaire, et parfois de voir trotter

Quelques petits animaux fuyant dans la piste,

Délaissant nos pensées nous ramène à la réalité.

 

 

Sur ce trajet devenu quelque peu monotone

L’on se découvre une nouvelle attention

Affichée à notre convoi de millier de tonnes,

En maintenant l’éveil, que nous conduisons.

 

 

Difficile, laissé seul, de rester éveillé !

Chaudement enveloppé dans le bruit,

Il faut lutter à maintenir l’attrait,

Dans ce beau décor, au travail la nuit.

 

Retour à l'accueil

Le jour, la nuit